Tout le monde connaît la nouvelle campagne publicitaire de Krys: "Avant j’étais…, mais ça c’était avant" ! En matière de réseau social d’entreprise, on pourra bientôt faire le même constat. Et je ne parle pas d’un constat négatif du genre "c’était mieux avant", mais plutôt un constat du type: "Les années 2010 ont remis la communication interne au cœur des préoccupations". Le développement des réseaux sociaux d’entreprise (ou RSE comme ils sont dénommés la plupart du temps) est la réponse à un monde de l’entreprise qui évolue tellement rapidement, dans une urgence constante, qu’on en a oublié jusqu’au fait de communiquer avec nos collègues.

Conséquences:
•  Déperdition de l’information
•  Perte d’esprit d’équipe
•  Dévalorisation de l’individu
•  Perte d’efficacité
•  Serveurs de messagerie saturés ("Aujourd'hui, un salarié peut recevoir jusqu'à 100 e-mails par jour. Et il passe 95 heures par an à rechercher des informations, soit un coût de près de 1 800 euros!" Source: Mindjet)… et j’en passe et des meilleures !

Le réseau social d’entreprise s’est donc développé pour lutter contre ces évolutions peu positives de nos fonctionnements intra-entreprises.
Mais finalement, qu’est ce qu’un réseau social d’entreprise ?
Rien de plus qu’une plateforme d’échanges entre professionnels, favorisant mutualisation, collaboration, créativité, proactivité, et donc pour le plus grand bonheur du dirigeant de l’entreprise comme pour celui de ses employés.

Tout un chacun peut s’exprimer et faire bénéficier ses collègues de ses expériences et de son savoir. Prenons l’exemple d’un projet. On constitue au sein de l’entreprise une équipe projet. On est bien obligé de limiter cette équipe à un nombre cohérent de participants. Pour autant, il s’avère que certaines personnes de l’entreprise pourraient être de très bons contributeurs au projet grâce au réseau social interne. En laissant à la plupart des employés la possibilité de s’exprimer sur les sujets de l’entreprise, vous offrez à vos projets une richesse de compétences inégalée.

VOTRE RESEAU SOCIAL FONCTIONNERA SI VOUS EVITEZ DE:
•  L’utiliser pour contrôler les échanges des ressources de l’entreprise et appliquer une politique de censure drastique. Dans ce cas de figure, les langues se délient et les informations empruntent d’autres canaux de communication. Toutefois, un processus de modération doit être mis en place. Précisez les règles du jeu au départ: ce qu’on doit éviter d’y poster, les sujets qui peuvent être tabous. Mais soyez rassurés, la plupart du temps, les employés s’autorégulent.
•  Proposer un  système de partage uniquement public et ne pas rendre possible la création de sous groupes d’échanges. Dans ce cas l’ensemble de l’auditoire risque d’être "pollué" par une communication pas toujours ciblée et, à terme, se désintéresser de l’outil.
•  Ne pas intégrer tous les formats de contenus. Dans un monde de plus en plus "digital", la communication verbale se conjugue avec communication visuelle (photos et vidéos), et sonore. Les échanges de tous types de contenus doivent être possibles, sous peine de créer de la frustration par rapport aux usages courants sur les réseaux grand-public.
•  Etre convaincu que le système de messagerie peut seul remplir ces objectifs. Effectivement, les personnes sont encore très attachées à la messagerie, mais son usage collaboratif est limité.
•  Vouloir aller trop vite : le déploiement d’un RSE doit se faire après avoir étudié les processus de communication au sein de l’entreprise, en prenant soin d’expliquer les objectifs et les avantages que chacun va en retirer.
•  Ne pas prévoir d'évaluation de son utilisation. On aura au préalable défini des indicateurs, pour en connaître le succès. Exemples: nombre de personnes ayant complété leur profil/ nombre de contributeurs (ajouts d’information, commentaires à des posts)/ nombre de solutions trouvées par ce biais (développements produits, propositions d’amélioration du service).
•  Imaginer que ce genre d’approche va à l’encontre de la productivité de l’entreprise. Bien au contraire, il est même risqué de ne pas tenir compte des usages qui se développent à vitesse « V » dans le domaine privé. Permettre à vos employés de retrouver ce type d’usage à des fins professionnelles ne pourra que servir votre entreprise !!!

Vous vous dites probablement « quels sont concrètement LES BENEFICES POUR MON ENTREPRISE ? ». Voici quelques uns des principaux retours que vous pouvez en attendre:
• Création de groupes de travail, d’équipes projets (notion de communautés)
• Mutualisation de l’information à travers un système Intranet
• Messagerie allégée et plus fonctionnelle
• Création d’un climat propice à la créativité et la contribution
• Valorisation des équipes et des personnes, partage des succès
• Culture d’entreprise renforcée
• Meilleure cohésion des équipes, notamment dans le cas des organisations multi-sites
• Développement de l’entraide, partage des bonnes pratiques
• Fidélisation des salariés


Exemple de mur d'entreprise Bureau Virtuel BOOST

Encore quelques doutes sur les GAINS DE PRODUCTIVITE ? Voici les résultats d’une études sur 2700 entreprises utilisatrices de réseaux sociaux:

Que vous soyez Dirigeant de votre entreprise, DRH, Directeur Commercial ou Marketing, Responsable de la Communication Interne, Chef de Projet, DSI, Knowledge Manager… vous êtes tous concernés et potentiels bénéficiaires de ce nouveau mode d’échange et de partage. Le Web 2.0 n’est pas une fable, le succès des réseaux sociaux grand-public en témoignent. D’après une étude de l’Observatoire des réseaux sociaux d’entreprise (source JournalDuNet juin 2012) "31% des grandes entreprises ont mis en œuvre un RSE et 64% mènent un projet". C’est maintenant au tour des entreprises plus petites de s’offrir cette évolution majeure.

Nous vous proposons de vous pencher sur la version professionnelle de cette évolution. Vous souhaitez en savoir plus sur le sujet ? Vous avez un projet en matière de RSE en 2012 ?  Contactez nous pour faire le point, préparer votre projet au mieux et DECOUVRIR NOTRE NOUVELLE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF