Le blog de Boost
Les actualités de Boost

Réseau Social d’Entreprise : votre productivité dépend de votre communication!

Le 12 juin 2012, 16:19 par Adeline Ventrone

Tout le monde connaît la nouvelle campagne publicitaire de Krys: "Avant j’étais…, mais ça c’était avant" ! En matière de réseau social d’entreprise, on pourra bientôt faire le même constat. Et je ne parle pas d’un constat négatif du genre "c’était mieux avant", mais plutôt un constat du type: "Les années 2010 ont remis la communication interne au cœur des préoccupations". Le développement des réseaux sociaux d’entreprise (ou RSE comme ils sont dénommés la plupart du temps) est la réponse à un monde de l’entreprise qui évolue tellement rapidement, dans une urgence constante, qu’on en a oublié jusqu’au fait de communiquer avec nos collègues.

Conséquences:
•  Déperdition de l’information
•  Perte d’esprit d’équipe
•  Dévalorisation de l’individu
•  Perte d’efficacité
•  Serveurs de messagerie saturés ("Aujourd'hui, un salarié peut recevoir jusqu'à 100 e-mails par jour. Et il passe 95 heures par an à rechercher des informations, soit un coût de près de 1 800 euros!" Source: Mindjet)… et j’en passe et des meilleures !

Le réseau social d’entreprise s’est donc développé pour lutter contre ces évolutions peu positives de nos fonctionnements intra-entreprises.
Mais finalement, qu’est ce qu’un réseau social d’entreprise ?
Rien de plus qu’une plateforme d’échanges entre professionnels, favorisant mutualisation, collaboration, créativité, proactivité, et donc pour le plus grand bonheur du dirigeant de l’entreprise comme pour celui de ses employés.

Tout un chacun peut s’exprimer et faire bénéficier ses collègues de ses expériences et de son savoir. Prenons l’exemple d’un projet. On constitue au sein de l’entreprise une équipe projet. On est bien obligé de limiter cette équipe à un nombre cohérent de participants. Pour autant, il s’avère que certaines personnes de l’entreprise pourraient être de très bons contributeurs au projet grâce au réseau social interne. En laissant à la plupart des employés la possibilité de s’exprimer sur les sujets de l’entreprise, vous offrez à vos projets une richesse de compétences inégalée.

VOTRE RESEAU SOCIAL FONCTIONNERA SI VOUS EVITEZ DE:
•  L’utiliser pour contrôler les échanges des ressources de l’entreprise et appliquer une politique de censure drastique. Dans ce cas de figure, les langues se délient et les informations empruntent d’autres canaux de communication. Toutefois, un processus de modération doit être mis en place. Précisez les règles du jeu au départ: ce qu’on doit éviter d’y poster, les sujets qui peuvent être tabous. Mais soyez rassurés, la plupart du temps, les employés s’autorégulent.
•  Proposer un  système de partage uniquement public et ne pas rendre possible la création de sous groupes d’échanges. Dans ce cas l’ensemble de l’auditoire risque d’être "pollué" par une communication pas toujours ciblée et, à terme, se désintéresser de l’outil.
•  Ne pas intégrer tous les formats de contenus. Dans un monde de plus en plus "digital", la communication verbale se conjugue avec communication visuelle (photos et vidéos), et sonore. Les échanges de tous types de contenus doivent être possibles, sous peine de créer de la frustration par rapport aux usages courants sur les réseaux grand-public.
•  Etre convaincu que le système de messagerie peut seul remplir ces objectifs. Effectivement, les personnes sont encore très attachées à la messagerie, mais son usage collaboratif est limité.
•  Vouloir aller trop vite : le déploiement d’un RSE doit se faire après avoir étudié les processus de communication au sein de l’entreprise, en prenant soin d’expliquer les objectifs et les avantages que chacun va en retirer.
•  Ne pas prévoir d'évaluation de son utilisation. On aura au préalable défini des indicateurs, pour en connaître le succès. Exemples: nombre de personnes ayant complété leur profil/ nombre de contributeurs (ajouts d’information, commentaires à des posts)/ nombre de solutions trouvées par ce biais (développements produits, propositions d’amélioration du service).
•  Imaginer que ce genre d’approche va à l’encontre de la productivité de l’entreprise. Bien au contraire, il est même risqué de ne pas tenir compte des usages qui se développent à vitesse « V » dans le domaine privé. Permettre à vos employés de retrouver ce type d’usage à des fins professionnelles ne pourra que servir votre entreprise !!!

Vous vous dites probablement « quels sont concrètement LES BENEFICES POUR MON ENTREPRISE ? ». Voici quelques uns des principaux retours que vous pouvez en attendre:
• Création de groupes de travail, d’équipes projets (notion de communautés)
• Mutualisation de l’information à travers un système Intranet
• Messagerie allégée et plus fonctionnelle
• Création d’un climat propice à la créativité et la contribution
• Valorisation des équipes et des personnes, partage des succès
• Culture d’entreprise renforcée
• Meilleure cohésion des équipes, notamment dans le cas des organisations multi-sites
• Développement de l’entraide, partage des bonnes pratiques
• Fidélisation des salariés


Exemple de mur d'entreprise Bureau Virtuel BOOST

Encore quelques doutes sur les GAINS DE PRODUCTIVITE ? Voici les résultats d’une études sur 2700 entreprises utilisatrices de réseaux sociaux:

Que vous soyez Dirigeant de votre entreprise, DRH, Directeur Commercial ou Marketing, Responsable de la Communication Interne, Chef de Projet, DSI, Knowledge Manager… vous êtes tous concernés et potentiels bénéficiaires de ce nouveau mode d’échange et de partage. Le Web 2.0 n’est pas une fable, le succès des réseaux sociaux grand-public en témoignent. D’après une étude de l’Observatoire des réseaux sociaux d’entreprise (source JournalDuNet juin 2012) "31% des grandes entreprises ont mis en œuvre un RSE et 64% mènent un projet". C’est maintenant au tour des entreprises plus petites de s’offrir cette évolution majeure.

Nous vous proposons de vous pencher sur la version professionnelle de cette évolution. Vous souhaitez en savoir plus sur le sujet ? Vous avez un projet en matière de RSE en 2012 ?  Contactez nous pour faire le point, préparer votre projet au mieux et DECOUVRIR NOTRE NOUVELLE PLATEFORME DE TRAVAIL COLLABORATIF



Externalisation d’une plateforme clé en main pour la prospection et la fidélisation clients

Le 7 juillet 2011, 16:34 par Adeline Ventrone



par Hervé Cotty de CRMLand, spécialiste en externalisation de plateformes de prospection et de fidélisation client.

La plateforme de prospection et de fidélisation clients externalisée, est un service innovant de marketing opérationnel clef en main destiné aux sociétés du secteur B2B ou B2C. Il répond aux attentes des services commerciaux qui souhaitent pouvoir disposer en nombre suffisant de prospects qualifiés (leads en anglais) pour se consacrer à leur cœur de métier c'est à dire: les visites clients, l'élaboration des propositions commerciales, la négociation finale.

La plateforme joue un rôle de génération de leads qualifiés répondant aux caractéristiques suivantes :
- un projet d’achat correspondant à l’activité de votre société,
- un budget d’achat accepté,
- un décideur nommé,
- un calendrier de lancement.

Cette même plateforme peut intégrer un service de fidélisation permettant de constituer une audience large de clients, prospects, prescripteurs, relations… avec laquelle l’entreprise pourra avoir un dialogue personnalisé et naturel. Il devient alors possible de délivrer au bon moment, au bon interlocuteur, un contenu de qualité, qui positionne l’entreprise comme la référence écoutée sur son marché permettant ainsi des ventes à plus forte valeur ajoutée.

La plateforme est matérialisée par deux composantes complémentaires. La première porte sur l’expertise d’un Manager Marketing Opérationnel (MMO): cet expert est dédié à l’entreprise et devient le correspondant permanent. En fonction de la stratégie d’entreprise, l’expert définit avec son client les campagnes de prospection et de fidélisation les plus adaptées au marché cible, puis il les met en œuvre sur la plateforme technologique, qui représente la deuxième composante: accessible par un simple accès internet à partir du poste de travail ou  smartphone et configurée et sécurisée pour les besoins propres de l’entreprise. Elle comprend les maillons essentiels d’une chaine de marketing opérationnel moderne: réalisation des site web, blog et landing pages, outils de référencement naturel et payant, logiciels de gestion de la relation clients (CRM), sources de données commerciales, syndication, production vidéo et beaucoup d’autres possibilités encore.
Il n’est donc plus nécessaire de faire appel à de multiples intervenants agences de communication internet, éditeurs de logiciels, routeurs, sociétés de télémarketing, fournisseurs de fichiers, services de téléprospection, ... Fini aussi les tâches fastidieuses, consommatrices de temps mais essentielles pour gérer les campagnes online ou offline.

Mieux encore, la relation établie avec le MMO garantit une amélioration continue de la prospection et fidélisation clients ainsi que la certitude de bénéficier, sans coût supplémentaire, des nouvelles méthodes et technologies de web marketing adaptées au marché du client.

Les évolutions de la plateforme sont prises en charge par le prestataire pour qu’elle reste la plus performante. Rémunéré sur résultat, ce service est accessible aussi simplement qu’une souscription à un abonnement téléphonique.
Une plateforme de prospection et de fidélisation clients externalisée, peut permettre à une entreprise de consolider sa base de clients et développer son chiffre d’affaires.


CRMLand est partenaire BOOST, notamment pour le déploiement des plateformes technologiques hébergées, avec SugarCRM 



PME : Cloud & money

Le 7 juillet 2011, 12:07 par Adeline Ventrone

Par Olivier Capron du cabinet Ag2Fi

Cloud Computing : va-t-on enfin  pouvoir réconcilier l’informatique d’entreprise avec la performance économique ?
Je n’ai nullement l’intention ici d’apporter un éclairage d’expert dans un domaine où je suis le plus parfait béotien. Ma pratique du cloud computing est celle d’un utilisateur qui souhaite depuis longtemps se réconcilier avec les véritables enjeux de l’informatique d’entreprise, en tant que professionnel qui guette la performance économique, la création de valeur en entreprise.


Voici les quelques raisons qui me poussent à être optimiste.

1) Parce que l’on est sorti je crois, d’une logique Investissement/Retour sur investissement.
La recherche d’un retour sur investissement a plus de sens sur les véritables métiers de l’entreprise.
Sur la problématique du système d’information, la bonne question me semble être :
Est-ce que je dispose des bonnes ressources informatiques, au bon prix, et pour la quantité que je consomme ?

Désormais, les ressources informatiques pourraient donc devenir variables, ce qui bien évidemment a aussi des conséquences dans le calcul du point mort d’une entreprise, et donc sa capacité à rester agile.

2) Parce que la démarche d’externalisation complète ou partielle de son système d’information, permet à une entreprise de se focaliser sur son cœur de métier.
Nos PME sont déjà souvent dispersées sur des activités, et des positionnements stratégiques qui relèvent de l’équilibrisme, pour exister face aux grandes entreprises, il ne leur est pas permis de perdre de l’énergie sur des métiers qui ne sont pas les leurs.

3) La démarche préalable pour être « cloud compatible » oblige à faire des choix sur les processus qui méritent d’être informatisés.
Cela induit ainsi la PME à simplifier d’abord ses processus et à retenir ce qui est important pour elle en termes d’indicateurs pertinents utiles à l’obtention d’une performance en lien directe avec sa performance financière.
On comprendra par exemple que la mise en place d’un CRM permet de mesurer la création de valeur pour les clients avant qu’ils n’en créent pour l’Entreprise.

Sans prétendre être exhaustif sur la question posée en préambule, voilà à mon sens quelques bonnes raisons qui peuvent motiver une PME à savoir si elle est « Cloud compatible ».


Olivier Capron est fondateur et gérant du cabinet Ag2Fi, partenaire de Boost Cloud depuis 2009.
http://www.ag2fi.com
Fort de plus de 20 années d’expériences dans le pilotage financier d’entreprises et la négociation financière, Ag2Fi dispose d’une réelle expertise opérationnelle pour réaliser ses 3 métiers :
- Le Management de la Transition et le Diagnostic Stratégique
- Le Rapprochement et la Transmission d’Entreprises
- L’Ingénierie Financière (Evaluation d’Entreprise, Levée de fonds, Sortie d’un actionnaire, Montage à effet de Levier)

Ag2Fi est membre de la Compagnie des Conseils et Experts Financiers.

En étroit partenariat, Ag2Fi et Boost Cloud mènent des diagnostiques de « Cloud compatibilité » auprès des PME en France et en Suisse

Pour de plus amples informations: o.capron@ag2fi.com



La protection des données

Le 6 juillet 2011, 19:55 par Adeline Ventrone


Source: « Solving Privacy, Residency, Security in the Cloud », 2009, Perspecsys Inc

Le cloud computing a généré une somme d'intérêts et d'excitation incomparables. Mais si les contours des aspects technologiques, d'usage ou d'impact sur l'informatique d'entreprise commencent à se dessiner, il en va autrement de la gouvernance de l'information, confidentialité, et sécurité des données.

Un simple exemple permet de mesurer la complexité de ces aspects:
Les données personnelles d'un client habitant le pays P sont entrées dans une application par un employé résidant dans un pays Q. Cet employé est salarié d'une société de services située dans un pays R, et sous contrat d'une société située dans un pays S. Les données sont stockées dans un centre de données situé dans le pays T, le propriétaire du centre de données, une société proposant des services de Cloud computing, est situé dans le pays U.

Seul un avocat extrêmement courageux pourrait déterminer à coup sûr la juridiction du pays s'appliquant en l'occurrence: P, Q, R, S, T ou U?

Quoiqu'il en soit, les aspects suivants doivent être considérés par toute société voulant avoir recours à un fournisseur de Cloud Public:
• La confidentialité: les sociétés devront clairement définir quelles informations peuvent résider dans le cloud publiec et celles qui doivent rester au sein de l'entreprise
• La situation des données: Ou se trouvent les données, qui y a accès , qui les gère, sous quelle juridiction sont-elles?
• La sécurité: les sociétés ont toujours été responsables de la sécurité des données, et de l'analyse des risques qui y sont liés. Le Public Cloud implique la gestion d'un risque supplémentaire: Qui accède à vos données, comment, qui les gère, comment gardez-vous le contrôle de ces données?

Un certain nombre d'options sont à la disposition des entreprises pour répondre à ces questions:
• Un déploiement de services cloud limité à un certain nombre d'utilisateurs
• Un déploiement limité de fonctionnalités sur les données stockées dans le cloud
• Un déploiement hybride: Public Cloud + intra entreprise
• Un Cloud privé

Chaque cas est différent, mais aucune société ne peut ignorer cette problématique



WEBINAR SugarCRM – juillet 2011

Le 29 juin 2011, 17:26 par Adeline Ventrone

SugarCRM en mode SaaS by BOOST Cloud – Inscrivez-vous au webinar: le 20 juillet à 11h00 (durée: 30mn)

SugarCRM et BOOST Cloud, un duo qui fonctionne bien…
SugarCRM: solution de CRM - web 2.0 - very intuitive, flexible et ouverte! Leader mondial des solutions CRM Open Source (et challenger de Salesforce.com), portées avec beaucoup de succès par cette équipe surprenante de Cupertino (Californie – US).

BOOST Cloud : fournisseur d’infrastructures Cloud et SaaS, intégrateur de solutions CRM, depuis 10 ans. Cette équipe « booste » le déploiement de SugarCRM en France et en Suisse, grâce à son expertise en conduite de projet CRM de A à Z couplé à son savoir faire en hébergement de logiciels et leur mise à disposition en mode SaaS.

Une belle solution est née: l’accès en ligne (anytime, anywhere, any terminal!) à SugarCRM au travers du Bureau Virtuel de BOOST.

Dans son prochain webinar du 20 juillet à 11h00, BOOST présentera cette solution de façon pratique et pragmatique afin d’expliquer sa pertinence et simplicité au plus grand nombre. Slideshow, démo et FAQ. Inscriptions à webinar@boost-cloud.com



BOOST Cloud Partner Program, un écosystème ouvert…

Le 29 juin 2011, 16:07 par Adeline Ventrone

BOOST déploie un véritable programme de partenariat depuis le début de l’année 2011.
La SSII « nouvelle génération » du Cloud Computing souhaite intensifier son élan de croissance en collaboration avec son réseau de partenaires.

Le dispositif au service du réseau est piloté par Ruud Hartmanns, Channel Manager :
- sessions de présentation du programme aux partenaires dans les grandes villes
- accès personnalisé à l’espace en ligne (Bureau Virtuel Boost) pour la documentation commerciale
- l’équipe d’ingénieurs commerciaux de Boost et ses agences pour l’assistance commerciale terrain
- une newsletter dédiée aux partenaires
- des webinars réguliers pour la présentation des services et des échanges
- des contrats cadres avec rémunération motivante pendant toute la durée du contrat client
- etc.

La notion d’écosystème (James Moore http://en.wikipedia.org/wiki/James_F._Moore) n’est pas neuve, pas plus celle de « coopétition » qui régit souvent les relations entre acteurs d’un même écosystème. Mais il est évident que cette notion se situe au cœur même du Cloud computing, qui se fonde pareillement sur la notion de partage, déclinée en mutualisation ou en collaboration. Plus qu’une mutualisation des ressources (IAAS), c’est un véritable partage des compétences (PAAS) que propose également le Cloud computing. Là où les standards jouaient auparavant un rôle structurant pour les écosystèmes, le facteur différenciateur résidera davantage dans la capacité des acteurs à constituer des environnements ouverts et collaboratifs, de façon à assurer la densité de l’offre de services.

Le modèle du Cloud computing est et sera de plus en plus choisi par les entreprises françaises. Les différents types de partenaires de BOOST (intégrateurs, éditeurs de logiciels, consultants, agences de communication, VAR, etc.) souhaitent coupler leurs prestations à forte valeur ajoutée à celles d’un fournisseur Cloud robuste et pérenne. BOOST les rassure avec 10 ans d’expérience en tant que « pure player » et un SLA (Service Level Agreement/ Taux de Service Contractualisé) de 99,9 %, dont jouissent quotidiennement les 300 clients fidèles et les 10000 utilisateurs des services en ligne.

Vous vous intéressez à ce programme ? Contactez Ruud Hartmanns partenaires@boost-cloud.com



LES FACTEURS CLES DU REFERENCEMENT

Le 29 juin 2011, 15:01 par Adeline Ventrone



Par Christophe BENOIT, agence web Tyseo
Création de site internet à Annecy et référencement de sites web
 
Qui ne souhaite pas être premier sur Google ? Discipline fortement empirique, le référencement est l'art (comprendre "art" dans le sens "travail de l'artisan") de positionner de façon visible un site web sur un ensemble de mots et expressions clés. Et pour y arriver, la recette à appliquer est toute simple et connue de tous : avoir un site web bien conçu (à la fois pour les outils de recherche et pour les humains), apportant une vraie plus value et disposant d'un maillage de liens solide avec le reste de l'internet. Sauf qu'entre les belles déclarations et la réalisation effective d'un bon référencement, il existe un fossé, que dis-je un gouffre...

Entre les moteurs de recherche qui modifient les critères de classement (300 chez Google) et les concurrents qui peuvent entamer des actions de référencement, dur dur de se faire une place parmi les premiers. D'autant plus que les tactiques à mettre en place pour être visible dans Google et compagnie sont variées et variables selon le type de site web, le secteur d'activité, la concurrence... et malgré ces différences, il existe un ensemble de points qui contribuent favorablement au référencement.

Les facteurs on-site
Il s'agit des optimisations internes au site web. Ce sont les plus simples à réaliser dans le sens ou les parties concernées sont bien identifiées. Le travail de référencement sur le site se divise en 2 types de tâches :
- Les optimisations techniques qui vont favoriser la compréhension du site web aux moteurs de recherche en rendant unique les pages web, en facilitant le travail de recherche, de découverte et d'indexation du contenu. Visuellement, les impacts sont minimes. Par contre, lorsque l'on regarde de plus près, les évolutions peuvent être très importantes. Modifications sur le serveur pour accélérer le chargement des pages, optimisations sur l'architecture du site et refonte sémantique, guidage des outils de recherche : cette étape permet de poser les bases solides au travail ultérieur.
- Les optimisations rédactionnelles sont multiples : recherche de mots clés idéaux (ceux que recherchent les internautes, ceux qui apporte du trafic, ceux qui sont accessibles en fonction du site web et de la concurrence), travail sur le contenu afin d'apporter du contenu pertinent, frais, thématique au site web afin d'améliorer à la fois l'expérience utilisateur et l'impact sur les outils de recherche.

Les facteurs hors site
Parent pauvre du référencement, le netlinking est souvent laissé de côté alors qu'il s'agit de l'axe de travail le plus profitable. En effet, les liens considérés comme des votes par les outils de recherche, sont le cœur des algorithmes modernes de classement. Google et consorts valorisent le nombre de liens, leur qualité, leur fréquence d'apparition et de disparition et leurs ancres (les mots clés liés au lien)... Si on mélange le tout, on obtient un « linkgraph » qui est en quelque sorte la photographie/signature des liens d'un site web. Et c'est donc le site web qui dispose du meilleur linkgraph sur un mot clé choisi qui est le plus visible dans les outils de recherche. L'enjeu du netlinking est ainsi d'améliorer ce linkgraph pour dépasser les autres sites web. Pour cela :
- le référenceur analyse les liens des sites concurrents, établit les forces et les faiblesses de chacun et élabore une tactique de référencement.
- le référenceur va créer des liens entre le reste de la toile et le site web à référencer via différents outils, sites web, production de contenu sur sites tiers et partenariats.
- le référenceur va favoriser l'échange et la diffusion du site web à référencer sur les sites web 2.0 et autres réseaux sociaux afin de profiter du contenu et des liens générés par les internautes.

Le référencement est donc un travail long, fastidieux et évoluant dans un univers en perpétuel mouvement. Les actions qui fonctionnaient hier peuvent très bien ne plus fonctionner aujourd'hui et être néfastes demain. C'est pour cela que travailler avec un professionnel au fait des techniques actuelles est indispensable. 
Dans tous les cas, il est important de se rappeler que le référencement est un processus qui prend au minimum plusieurs mois, que les résultats ne sont jamais acquis mais qu'il vaut mieux s'y mettre dès aujourd'hui que dans un an...

Biographie partenariat BOOST/TYSEO
L’équipe de Boost et Christophe BENOIT – fondateur de TYSEO – collaborent depuis 2002.
Cette relation durable fait régulièrement émerger des projets intéressants.
Dernier en date : le portail web de Montblanc Automobiles. Christophe s’occupe du SEO et Boost de la conduite de projet.



BLUEKIWI

Le 8 juin 2011, 17:56 par Adeline Ventrone

Un des piliers de l'entreprise 2.0, le Réseau Social d'Entreprise (RSE), est en plein essor. Ce qu'on pouvait considérer au cours des deux dernières années comme un phénomène réservé à une élite est maintenant une réalité dans des secteurs aussi divers que la grande distribution, la finance, les entreprises de services informatiques, l'industrie, le marché du luxe. Le projet est sérieusement considéré non seulement par les grandes entreprises nationales et internationales, mais également par les moyennes entreprises, qui y voient entre autres un moyen de fluidifier les échanges, de capitaliser l’intelligence collective, et d'attirer ou de retenir les nouveaux talents de la génération Y.

A travers des usages tels que le microbbloging, la gestion d'activités, le quick posting, les conversations publiques et privées, le partage de documents, de bookmarks, d'évènements, de vidéos, la gestion des idées, les sondages express, les wikidocuments, le tout se déroulant au sein de communautés partageant les mêmes intérêts et objectifs business, les Réseaux Sociaux d'Entreprise permettent de:

• Mieux se connaître
       o Découvrir ses collègues, ses partenaires, ses clients
       o Identifier les compétences et les expertises spécifiques

• Optimiser la communication et la gestion de projets
       o Organiser la communication de travail dans des espaces dédiés
       o Assurer l’accès de tous aux discussions dans un espace unique, partagé et à jour
       o Publier des documents, des bookmarks, des vidéos etc. dans des espaces dédiés

• Capitaliser le savoir informel
       o Conserver des informations éclatées entre des structures et des personnes dispersées
       o Permettre de retrouver facilement les informations clients au moment opportun

• Faciliter le travail collaboratif
       o Permettre aux membres d’une équipe de travailler ensemble sur un livrable

La mise en œuvre de Bluekiwi, leader européen des Réseaux Sociaux d'Entreprise, a permis à des sociétés comme le Centre suisse d'enseignement du marketing, de la publicité et de la communication (SAWI), Carrefour, L'Oreal, Allianz, ou Nokia, de générer des bénéfices significatifs dans des domaines tels que l'innovation, la vente ou les ressources humaines.

BlueKiwi vous permet de créer, en interne comme en externe, des réseaux sociaux pour vos employés. Ceux-ci peuvent ainsi interagir et échanger, gérer leurs communautés de partenaires et de clients, assurer le suivi et la coordination des réponses sur les médias sociaux de votre entreprise et entretenir des relations avec les influenceurs clés, le tout à partir d'une solution unique.

Boost utilise et recommande Bluekiwi.

Source: « L'entreprise 2.0, comment l'aborder », 2011, Bluekiwi



Boost, le blog !!

Bienvenue dans notre section actualités.

Calendrier

<<  novembre 2018  >>
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
3456789